04 mars 2022

Ambitions de la délégation à Pékin 2022

Après avoir annoncé hier que les délégations russes et biélorusses seraient admises à concourir aux Jeux Paralympiques de Pékin 2022, le Comité Paralympique International (IPC) est ce jour revenu sur sa décision, indiquant que celles-ci seraient finalement exclues des Jeux Paralympiques. Un changement de position salué par le CPSF qui avait appelé cette décision de ses vœux par un courrier adressé au président de l’IPC, hier matin.

Nous n’aurions jamais pensé participer aux Jeux Paralympiques dans de telles conditions et je sais combien la décision prise par l’IPC n’a pas été simple mais nous la saluons. Toute l’équipe reste plus que jamais mobilisée pour ce grand rendez-vous malgré ce contexte terrible. Les athlètes travaillent sans relâche depuis 4 ans et il est l’heure de concrétiser tout cet engagement. Je suis fière de notre équipe de France : elle fait preuve d’un état d’esprit admirable et je sens une grande fraternité rayonner.

Marie-Amélie Le Fur, présidente du CSPF

En présence du porte-drapeau de la délégation française, Benjamin Daviet, et des représentants de l’équipe de France, les ambitions de la délégation tricolores ont été partagées. Devant le grand niveau d’incertitude lié aux évènements récents et tenant compte de l’annulation de nombreuses compétitions internationales ces deux dernières saisons, il est hasardeux de s’avancer sur un objectif chiffré. Néanmoins, et au regard du niveau de performance actuel, la France ambitionne de se classer dans le TOP 3 des nations.

« Il est de plus en plus difficile de fixer des ambitions aujourd’hui, compte tenu de la situation qui évolue de jour en jour.
Nous avons une équipe de France persévérante et l’objectif est d’atteindre la même place qu’à Pyeongchang. Il est légitime pour cette équipe de viser l’une des trois premières places du classement des nations.
» Jean Minier, chef de mission Pékin 2022

Pour rappel, l’équipe de France avait terminé à la 4e position au classement des nations il y a à 4 ans à Pyeongchang.

« Le contexte est inédit mais j’ai à cœur de soutenir au mieux mes camarades. L’équipe fait preuve ici d’un super état d’esprit et très honnêtement personne n’est jamais préparé à ce genre d’événements. Je ressens beaucoup de solidarité et c’est précieux en ce moment. Nous sommes tous prêts à montrer notre meilleur niveau sur ces Jeux. » Benjamin DAVIET, porte-drapeau de la délégation paralympique.

Guislaine Westelynck, présidente de la Fédération Française Handisport, a réagi et encourage les athlètes à quelques heures du début de la compétition :

« Alors que ces Jeux d’hiver tant attendus et préparés par nos skieurs, nos staffs, nos clubs, notre Mouvement vont s’ouvrir à Pékin, nous vivons un moment particulier et difficile, où nos pensées sont tournées avec inquiétude et solidarité vers l’Ukraine et son peuple. Main dans la main avec le CPSF, pour ce moment que nous aurions souhaité paisible et joyeux sans réserve, je souhaite que les valeurs du sport, de fraternité et d’inspiration positive pour nos sociétés, puissent largement se propager durant ces Jeux. Après le bilan record de notre équipe à Pyeongchang en 2018, avec 20 médailles, suivi de la réussite de nos sportifs lors des Jeux Paralympiques d’été à Tokyo, je suis confiante sur la préparation et l’ambition de notre équipe de France à Pékin. Nous sommes à leurs côtés, enthousiastes et impatients qu’ils s’expriment pour concrétiser leurs efforts et déployer une image positive et inspirante dans ces temps troublés. »